Expo. « Murmures de pierres » à la Citadelle

Marion Le Pennec et l’une des oeuvres de « Murmures de pierres ».

En accédant à la Citadelle, le visiteur ne peut manquer une oeuvre en noir et blanc, accrochée sur le mur de la demi-lune, avant l’accès au Grand Pont. Une sorte d’oeil, de tourbillon qui donne envie d’aller voir plus loin ce qui se passe.

Essentiellement à l’encre de chine

L’artiste, Marion Le Pennec, est diplômée de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Elle travaille essentiellement l’encre de Chine, à laquelle elle voue une véritable passion et qu’elle a utilisée durant les six semaines de sa résidence à Port-Louis. « J’ai été captivée par l’environnement de cette forteresse », confie-t-elle. À son tour, elle interpelle le promeneur avec la douzaine d’oeuvres qu’elle a créées ici et qu’elle expose, en divers lieux de l’édifice. « La mer est symbole de la liberté, de beauté. Elle renvoie à l’enfance ». Si la mer l’a inspirée, ce sont surtout ces hauts murs, percés de meurtrières, qui l’ont bouleversée. « Ils rappellent les meurtres d’hier ». L’artiste pense évidemment aux 69 jeunes résistants qui ont été torturés et fusillés entre ces murs, et dont on retrouve une évocation subtile dans plusieurs de ses tableaux. « Murmures de pierres », tel est le nom de cette exposition, à découvrir jusqu’au 31 décembre 2018. 

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *