Port-Louis. Quand la citadelle inspire les artistes contemporains

Audrey Grandener et Marion Le Pennec. | Ouest-France

Par Ouest-France

Publié le 23/11/2017 à 16h51

Le musée de la Marine accueille Marion Le Pennec, artiste peintre, dans le cadre des 400 ans de la reconstruction de la citadelle, commémoré en 2018. La première résidence d’artiste en ce lieu.

« C’est la première fois que nous accueillons un artiste en résidence. C’est l’occasion de voir la citadelle de Port-Louis sous un autre regard, le regard d’un artiste contemporain sur ce patrimoine et ce lieu d’histoire. Nous sommes ravies et son travail est superbe ! », s’émerveille Audrey Grandener, adjointe à l’administratrice.

Six semaines de travail

L’artiste a ainsi investi l’arsenal pour plusieurs résidences d’une durée totale de six semaines qui se dérouleront au cours de l’hiver, jusqu’en mars. Son travail donnera lieu en mai à une exposition en plein air avec des reproductions ainsi que la présentation d’originaux.

Travaillant de nombreuses techniques en 2D et 3D, c’est en animant un atelier sur l’encre de Chine que cette technique « l’a choisie ».

Un travail aux pinceaux, à l’éponge, plongé dans un bac et retravaillé aux jets d’eau. | Ouest-France

Marion Le Pennec a réalisé de nombreuses expositions et résidences, dans le Grand Ouest, à Paris et jusqu’en Chine.

La lumière de Port-Louis

« Ici, les flaques de lumières, sur l’eau ou dans le ciel, contrastent d’autant plus avec les murs épais de la citadelle, la lumière dégage une force, source de liberté, qui me nourrit. »

Marion Le Pennec travaille ensuite l’encre de chine avec des bassins et des jets d’eau. Telle une danse, faisant entrer la magie du hasard de l’action de l’eau sur l’encre, elle revient de nombreuses fois sur ses toiles.

Des silhouettes se dessinent dans ses œuvres. « L’histoire de cette citadelle, qui tourne autour de la défense, de la guerre, de la mort, de la torture est une histoire faite d’hommes, inscrite dans la pierre, qui m’inspire et j’ai envie de témoigner de leur présence. »

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *